Accéder au site >
Vous trouvez qu'il fait froid ? Eux aussi.
Nous agissons, agissez avec nous
Je fais un don

faire un don en ligne

Je connais les 115 de toute la France, j’ai un bac +20 du 115

Je connais les 115 de toute la France, j’ai un bac +20 du 115

Ouverts deux par deux en période de grand froid pendant trois semaines, les gymnases parisiens sont réquisitionnés à tour de rôle pour permettre d’accueillir des hommes isolés en période hivernale. 

Reportage au gymnase Poliveau

Au 10 février, 2 gymnases sont mobilisés pour près de 150 personnes différentes orientées par le 115 et le SIAO, les maraudes de l’UASA, les PSA et les ESI du CASVP (René Coty et Halle Saint Didier). Des travailleurs sociaux du CASVP interviennent sur place et peuvent être sollicités par les personnes accueillies pour évaluer leur situation sociale. Ces évaluations permettent de repérer ceux qui seront considérés comme prioritaires pour être réorientés sur de nouveaux gymnases, être signalés à la DRHIL lors des réunions hebdomadaires qui permettent de faire le point sur les situations de vulnérabilité, sur des critères de santé, d'insertion professionnelle, d’âge, de temps d’errance et du statut de demandeur d’asile.

 

L’hiver dernier, plus de 80 personnes ont ainsi pu se voir proposer des solutions d’hébergement pérennes à l’issue de leur passage en gymnase. « Le but est d’apporter une prestation qualitative et de ne pas se contenter de mettre à l’abri les personnes », explique Aurélie Jean, adjointe à la cheffe du bureau de l’urgence sociale et de l’insertion du CASVP. L’association de médecins bénévoles « les Transmetteurs » intervient également un jour par semaine au sein de chaque gymnase pour faire de petits soins et orienter vers le dispositif de soin, et cette année sont proposés les services de Reconnect, le projet porté par le groupe SOS pour permettre de sauvegarder sur internet une copie numérique de tous ses documents importants, ainsi que des contacts, rendez-vous.

 

Ouvert depuis quelques jours en complément du gymnase Fragonard dans le 17ème arrondissement, qui accueille 90 personnes, le gymnase Poliveau dans le 5ème accueille 60 hommes sur des lits picots relativement bien espacés les uns des autres. Après 3 semaines d’errance dans les rues parisiennes sans parvenir à décrocher de réponse positive du 115, Mr T. a pu enfin trouver un lieu où se mettre à l’abri grâce à cette ouverture de places supplémentaires. « Je connais les 115 de toute la France, j’ai un bac +20 du 115, mais avec le 115 de Paris, c’était le parcours du combattant. Une nuit ils m’ont envoyé à Romain Rolland, c’était bien mais je n’ai pas pu rester, et une autre fois à la Boulangerie, là j’ai dit plus jamais ça, je préfère le trottoir. Un soir où comme d’habitude je n’avais pas eu de place avec le 115, j’étais à la distribution des Restos du cœur à République, je leur avais demandé une couverture pour aller dormir dehors. Pendant la nuit il s’est mis à pleuvoir, une maraude du Samusocial de Paris est passé, ils m’ont donné un café, proposé un sac de couchage, on a discuté, et c’est grâce à eux que je suis là. Ils m’ont accompagné jusqu’au gymnase. "