Accéder au site >
Je soutiens

faire un don en ligne

Se coordonner pour mieux se compléter

Se coordonner pour mieux se compléter

Multiplicité des acteurs. Importance de se coordonner. Le désir individuel d’engagement trouve son accomplissement dans des actions collectives où l’association vient en relais et en soutien de l’individu, mais les associations elles-mêmes ont besoin de se coordonner entre elles. Un nombre important de maraudes essaiment l’ensemble du territoire parisien : institutions et associations, paroisses, regroupement d’anciens élèves ou de riverains, toutes ces initiatives se déploient à différentes échelles, avec des ambitions et des moyens distincts.

"Les commerçants peuvent être un relais précieux pour apaiser les tensions de voisinages"

En 2009, un poste a été créé pour coordonner des actions parfois disparates et peu synchronisées, qui pouvaient occasionner le passage de trois à quatre équipes le même soir pour une même personne, des accompagnements en journée par différentes équipes, tout en laissant de vastes zones blanches sur certains quartiers. Les associations trouvent dans les échanges mutuels et la présence d’un coordinateur de zone un moyen d’être cohérentes à l’échelle d’un territoire donné, et de mettre en perspective leurs pratiques. Financé par la DRIHL, le poste de coordination des maraudes a été confié à quatre associations différentes : Emmaüs Solidarité pour le secteur nord de Paris (9ème, 10ème, 18ème et 19ème arrondissements), Aux Captifs La Libération le secteur Centre-Est (1er, 2ème, 3ème, 4ème, 11ème, 12ème et 20ème), Les Enfants du Canal le secteur sud (5ème, 6ème, 7ème, 13ème, 14ème), Aurore le secteur ouest (8ème, 15ème, 16ème et 17ème arrondissements).

 

La coordination n’opère pas de manière hiérarchique mais dynamique : la plupart des équipes comprennent l’intérêt de la démarche et y contribuent volontiers. Un certain nombre de mairies d’arrondissement proposent des réunions de coordination pour accueillir ces temps d’échanges, animées ou co-animées par l’élu et la coordination, mais il arrive également que les réunions de coordination se fassent entre maraudeurs.

 

La mission du coordinateur de zone touche à un double objectif : cohérence géographique destinée à éviter les doublons et les zones blanches, mais également cohérence et complémentarité dans les pratiques. Le coordinateur peut également apporter un relais en journée au travail de veille effectué par des équipes le plus souvent constituées de bénévoles, et tenter de faire avancer certaines situations complexes en prenant contact avec les acteurs sociaux et médicaux du territoire. Des situations lui sont remontées des équipes de terrain mais aussi et surtout des mairies, sollicitées par les riverains qui oscillent entre la plainte et l’inquiétude.

 

Voir aussi: 

Entretien croisé entre robins des rues, qui a fait le choix du 100% bénévole, et l'équipe de rue Charonne, qui mixe bénévolat et salariat.