Des étudiants en service sanitaire au PHRH : quelles actions concrètes dans les hôtels ?

Dans le cadre d’une stratégie nationale visant à mettre en place une politique de prévention et de promotion de la santé, le dispositif de service sanitaire des étudiants en santé a été créé lors de la rentrée 2018-2019. L’objectif ? Former ces futurs professionnels aux enjeux de la prévention, via des actions concrètes auprès de publics dits « prioritaires ».

Le SSP a donc accueilli plus de 90 étudiants (69 IDE, 12 médecins et 11 sages-femmes) répartis pendant 15 jours maximum sur plusieurs pôles : le PMS, le PHRH et le PHL. Chacun a suivi une formation sur les activités et les publics accueillis par le SSP, avant d’être reçu par un référent dans chaque structure.
 

hôtel


Ateliers de sensibilisation dans les hôtels


Au PHRH, 8 étudiantes sages-femmes sont ainsi intervenues de mars à juin dernier auprès de familles hébergées principalement dans des hôtels SAS. 3 groupes se sont formés sur différents thèmes pour animer des ateliers de sensibilisation : la prévention et les gestes de premier secours ; la santé des femmes ; et la parentalité. Au total, les ateliers ont réunis 160 personnes. Les équipes du PHRH pourront s’en inspirer pour les reproduire dans d’autres hôtels.
Cette expérience a permis aux étudiantes de mieux connaître ce public et de comprendre leurs conditions de vie. Elles ont compris la nécessité d’adapter leur discours et leurs conseils pour qu’ils puissent être appliqués en chambre d’hôtel, et ont également pu se sensibiliser aux problématiques de la suite de couche.
Suite à cette expérience, la plupart d’entre elles souhaiteraient poursuivre l’aventure en tant que bénévoles au sein du PHRH.

Au final, l’investissement des équipes auprès des étudiants a permis de les sensibiliser aux inégalités sociales en matière de santé, de mieux comprendre les phénomènes d’exclusion et de renoncement aux soins, mais aussi de faire connaître les métiers du SSP et peut-être, à termes, de recruter sur des métiers en tension.

Pour cette nouvelle rentrée, le dispositif intègre désormais des étudiants orthophonistes, des pédicures-podologues et des psychomotriciens. Le SSP accueillera de nouveau des participants au service sanitaire, d’autant plus que les associations de lutte contre l’exclusion ont été peu représentées jusqu’ici, alors même qu’elles font partie des secteurs prioritaires, selon le comité régional de service sanitaire d’Île-de-France.

Nous agissons, agissez avec nous.
Faire un don
don maraudes
Recevez l'actualité du Samusocial de Paris