Daniele Badocco, médiateur socio-culturel en centre d'hébergement d'urgence (CHU) | Samusocial de Paris
Filtrer par :

Daniele Badocco, médiateur socio-culturel en centre d'hébergement d'urgence (CHU)

26 Apr 2022 • Portrait

« L’art permet à nos publics de mieux comprendre la culture française. » 


Daniele est médiateur socio-culturel au CHU Babinski, à Ivry-sur-Seine. Il travaille avec les familles hébergées et leur propose des activités variées pour les aider à gagner en indépendance. Il nous parle de son métier.

 

Daniele, animateur socioculturel


Comment avez-vous choisi cette profession ?    
J’ai un doctorat en musicologie et quand j’étais plus jeune j’organisais pas mal de festivals. J’ai découvert le Samusocial de Paris un peu par hasard ; c’est une amie qui y travaillait qui m’en a parlé. J’ai commencé comme animateur vacataire en 2017, avec des missions qui consistaient principalement à accompagner les personnes dans leur quotidien « immédiat ». Je suis devenu médiateur socio-culturel quelques mois plus tard. Cela me permettait d’allier ma formation initiale à mon travail. J’ai pu faire évoluer ma mission : avec l’équipe et les assistantes sociales on avait déjà commencé à organiser des sorties, culturelles, de découvertes, et on a vu que c’était très important pour les personnes et qu’elles étaient très demandeuses. 


Qu’est-ce qui vous rend fier dans votre travail ?    
Ce n’est pas quantifiable. Les réussites, comme voir des gens s’émanciper, avoir des yeux émerveillés, font plaisir ! Je pense, par exemple, à une mère de famille qui n’avait jamais été au théâtre et qui, après une première pièce à laquelle elle a assisté en famille, me dit en sortant « j’adore ! La prochaine fois je viendrai sans mes enfants ! ». Il faut savoir qu’habituellement les familles choisissent leurs activités en pensant d’abord aux enfants… là c’était super de voir qu’une femme, qui n’a jamais pris du temps pour elle, découvre que l’art lui fait du bien. C’est une étape en plus vers l'autonomie. 


Qu’est-ce qui vous motive dans votre mission ?
Le rapport avec les personnes et avec les enfants.  On les voit de façons différentes de nos collègues présents pour le soin ou l’assistance sociale. Voir les enfants et même les adultes s’émerveiller c’est génial ! Permettre aux gens découvrir de nouvelles choses, ça fait vraiment du bien ! 


Pour vous, quelle est l’importance de l’accès à l’art et la culture pour le public du Samusocial de Paris ?
L’accès à l’art et à la culture permet aux usagers d’apprendre et de comprendre les codes de la culture française et européenne, notamment pour le public migrant. Il y a aussi quelque chose de paradoxal, car on dit souvent que l’art permet de s’extirper de la vie réelle, qu’il permet de s’épanouir, de sortir du quotidien, alors qu’ici, pour les personnes hébergées, l’art les intègre d’une certaine façon dans leur vie quotidienne. Ainsi, pour faire une visite de musée, il faut respecter des horaires, prendre les transports en commun, prendre en compte tout ce qu’il y a autour de la visite. Cette organisation permet aux personnes de de les faire entrer dans la vie réelle et de les sortir de la bulle du centre d’hébergement où ils sont très suivis, très accompagnés.
 


Recevez l'actualité du Samusocial de Paris
Recevez l'actualité du Samusocial de Paris