Filtrer par :

Donner aux personnes que nous accompagnons le pouvoir d’agir

14 Apr 2021 • Actualité

Au Samusocial de Paris, la participation des personnes hébergées est un enjeu central. Au-delà de leur prise en charge par une équipe pluridisciplinaire, les rendre actrices et leur permettre de participer aux décisions participent pleinement à la reconstruction de l’estime de soi, essentielle pour sortir de la précarité.

 

débat permanent
Quelques membres du Débat permanent, l'une des instances de participation au Samusocial de Paris.


La participation : un levier pour retrouver l’estime de soi

Développer la participation, c’est permettre aux personnes que nous accompagnons d’être actrices et sources de propositions pour améliorer leurs conditions de vie dans nos structures. « Les personnes ont engrangé un savoir de par leur expérience. Elles sont les plus à même de s’exprimer sur les solutions les mieux adaptées à leur contexte de vie », souligne Tiphaine Lacaze, directrice de la Qualité au Samusocial de Paris.

 

Sur le lieu de vie des personnes

Le conseil de la vie sociale (CVS), composé de personnes élues pour représenter les hébergés, est une obligation dans tout centre d’hébergement. Il permet d’instaurer un espace d’échanges et de faire remonter les éventuelles difficultés rencontrées. Pascaline, présidente du CVS dans l’un de nos centres, témoigne : « Je veux faire évoluer certaines choses et participer davantage à la collectivité. On parle de ce qui ne va pas en tentant d’y apporter des solutions ».

Au-delà de ces instances, le Samusocial de Paris met en œuvre différents projets participatifs dans lesquels les personnes peuvent s’inscrire.

 

Le Débat permanent, une instance de participation transversale

Né en 2019 à la suite du Grand Débat lancé par le président Emmanuel Macron, le Débat permanent réunit des personnes accompagnées et quelques-uns de nos agents. Il porte une parole collective sous forme de plaidoyer auprès des pouvoirs publics, notamment lors de grands événements comme les élections municipales. C’est aussi un espace de réflexion pour mener à bien des actions concrètes visant à améliorer le quotidien des personnes accompagnées, comme Meriem, membre depuis sa création. « Tout le monde y est libre de s’exprimer. Je suis hébergée à l’hôtel et je ne suis pas encore régularisée. Jamais je n’aurais imaginé pouvoir faire un discours devant le ministre du Logement Julien Denormandie au CESE*, en 2019 ! ». Dès cette année, le Débat permanent interviendra une fois par an en tant qu’invité auprès de notre conseil d’administration pour faire part de ses avancées.

 

Progresser avec les usagers

Outre ces instances, le Samusocial de Paris vise à rendre les personnes accompagnées parties prenantes des projets. Actuellement, dans le cadre d’une réflexion sur la rénovation du 115 de Paris, des consultations sont en cours. En jeu, il s’agit de mieux adapter ce service, en prenant en compte la parole des grands exclus fréquentant les accueils de jour et celle des personnes hébergées dans des centres d’urgence et des hôtels sociaux.  

 

Doter les personnes hébergées de leur propre média de communication

Grâce à une dotation de la Fondation La Poste, le Samusocial de Paris travaille actuellement avec un groupe de personnes hébergées à la création d’un média d’information. Partager les histoires et les parcours de celles et ceux qui sortent de l’urgence sociale, permettre les échanges d’expérience et une meilleure compréhension des solutions qui existent sont autant de pistes pour ce projet qui verra le jour au second semestre 2021. Un projet d’autant plus important en cette période de confinement.

 


*CESE : Conseil Économique Social et Environnemental

 


Recevez l'actualité du Samusocial de Paris
Recevez l'actualité du Samusocial de Paris