MANO : un outil devenu indispensable à nos équipes de maraude | Samusocial de Paris
Filtrer par :

MANO : un outil devenu indispensable à nos équipes de maraude

28 Sep 2022 • Actualité

Les personnes que nous rencontrons dans nos maraudes nécessitent un suivi médico-social particulier qui passe notamment par des outils pertinents et adaptés au terrain et aux besoins des professionnels. C’est pourquoi Guillaume Demirhan a créé MANO.

 

Qu’est-ce que MANO ?

MANO est un outil de suivi médico-social gratuit dédié aux professionnel·les de maraudes et de lieux d’accueil. C’est à la fois une application mobile simple, adaptée et accessible aux équipes lorsqu’elles travaillent dans la rue mais aussi une interface web qui offre plus de fonctionnalités sur ordinateur (paramétrages, extractions de statistiques, etc.). 

L’application est un moyen de remplir et consulter très facilement, de manière sécurisée, les dossiers médico-sociaux des personnes rencontrées. « L’idée c’est de fournir aux membres d’une équipe de maraude une boîte noire dans laquelle ils peuvent renseigner tout ce dont ils ont besoin de transmettre au reste de l’équipe », nous explique Guillaume Demirhan, chef de projet MANO.

 

Comment est né le projet ?

Guillaume Demirhan, ancien infirmier au sein des maraudes de l’association Aurore, est à l’origine du projet. 

A l’époque, il n’existait « pas grand-chose » pour le suivi des dossiers médico-sociaux des personnes accompagnées. Les transmissions se faisaient essentiellement par mail : « Je ne dirais pas que les outils de suivi n’existaient pas dans le secteur, mais aucun n’était spécifiquement adapté et pertinent pour nous ». 

Suite à un appel à innovateurs de l’Agence Régionale de Santé Ile-de-France, Guillaume propose son projet d’application et de start-up sociale.  Il est sélectionné parmi 150 candidatures, en mai 2019. La start-up d’Etat, portée par l’ARS et la Fabrique numérique du Ministère de la Santé et de la Solidarité, est lancée en août 2020 et fonctionne à merveille. 

 

Et maintenant ?

Aujourd’hui, MANO est un outil de suivi utilisé chaque jour par des dizaines de maraudes professionnelles sur tout le territoire métropolitain, soit plus de 800 professionnel.les du secteur médico-social, dont les équipes de maraudes de jour (EMEOS) et de nuit (EMA) du Samusocial de Paris  !

Les premiers retours terrain sont très positifs : les maraudes reconnaissent son utilité et son efficacité, les équipes s’approprient largement l’outil, entièrement personnalisable, très ergonomique et apprécient la disponibilité du support technique. La fonction « statistiques », accessible depuis un ordinateur, fait notamment gagner un temps précieux aux responsables de service. Raphaël Berhaud, en charge des EMA (équipes mobiles d’aide, les maraudes de nuit du Samusocial de Paris), le confirme : « MANO est un outil très intuitif de saisie de données pour les équipes de terrain. Il leur permet de mieux utiliser le temps dans le camion lorsqu’il se déplace pour rédiger leurs transmissions, qui permettront ensuite aux équipes de jours de dispatcher l’info en fonction des situation rencontrées. » 

Les retours sont également très positifs pour les personnes accompagnées, puisque 9 d’entre-elles sur 10 disent être très satisfaites par l’outil.  Ainsi, lorsqu’elles rencontrent les équipes de maraudes, elles n’ont plus à revenir sur leurs parcours de vie car il est désormais accessible depuis l’application, tout comme leurs rendez-vous médicaux, ce qui facilite le suivi social et sanitaire.

MANO a été créée en co-construction et compte évoluer dans cette logique, c’est pourquoi l’entreprise propose à toutes les organisations utilisatrices de l’application, un rendez-vous mensuel pour parler de leur expérience terrain, proposer de nouvelles idées, faire remonter de nouveaux besoins. Et ce, toujours dans le but d’améliorer les outils de travail du personnel médico-social puis, in fine, l’accompagnement des personnes rencontrées.

Et demain ? « Nous avons pas mal de sujets sur la table », confie Guillaume. De nombreux chantiers sont en cours suite aux premiers retours des utilisateurs et utilisatrices. D’autres seront abordés à l’avenir « mais pas au détriment de la qualité de ce qui est déjà proposé », insiste le chef de projet.


A lire aussi
Recevez l'actualité du Samusocial de Paris
Recevez l'actualité du Samusocial de Paris