Filtrer par :

Michel, de retour chez sa fille

31 Dec 2017 • Témoignage

Témoignage de décembre 2017.

" Je me suis retrouvé à la rue suite à une dispute avec ma fille il y a quatre ans. J’ai quitté l’appartement dans lequel je vivais avec elle.  Et je n’ai plus donné de nouvelles. Nous nous sommes disputés à cause de mon ancienne compagne qui dilapidait toutes mes économies et pour qui j’avais aussi contracté un crédit à la banque. Le prélèvement pour le remboursement, ajouté aux impôts, ne laissait pas grand-chose sur ma retraite. Ma fille, elle, était au chômage avec deux enfants à charge.
 

michel samusocial de paris


J’ai vécu en tous trois ans dans la rue

Je traînais pas mal autour de la Gare St Lazare, et je dormais souvent dans un train toujours à quai. J’allais prendre les petits-déjeuners dans des associations. Le midi je ne mangeais pas. Je passais mes journées à marcher et à lire des revues que je trouvais. J’ai passé plusieurs mois dans une forêt, dans un abri de chasse que j’avais trouvé en allant me promener, jusqu’à ce que des chasseurs me demandent de quitter le lieu. Je n’ai jamais appelé le 115. J’ai croisé parfois quelques maraudes mais je ne demandais rien. En un an j’ai perdu 25 kilos. Mon diabète a commencé à débloquer.

Un jour, un homme pressé m’a bousculé dans le métro et je suis tombé. J’ai essayé de me relever. Je ne pouvais pas. J’ai été hospitalisé. De là, j’ai été dirigé vers les lits infirmiers du Samusocial de Paris.

Retrouvailles avec ma fille

J’avais un problème de prostate depuis pas mal d’années. On m’a fait de nombreuses analyses avant l’opération. Et un jour des résultats ont été envoyés à mon ancienne adresse qui figurait sur ma carte d’identité. C’est comme ça que ma fille a retrouvé ma trace. Elle m’avait cherché, était allée à la police mais comme je n’avais rien fait de mal, je n’étais pas fiché. La police était incapable de me trouver. J’ai retrouvé ma fille avant mon opération au Kremlin Bicêtre.

Mon retour à domicile

Mon retour à la maison s’est très bien passé, j’ai retrouvé ma chambre. Lorsqu’on s’est retrouvés, ma fille m’a dit « Papa je te demande une seule chose, c’est d’aller chercher Noor à l’école le soir pour pas qu’elle ne rentre pas toute seule ». La petite a 13 ans. Elle va rentrer en 4ème. Son frère vient d’avoir 18 ans. Il vient d’avoir son bac pro et enchaîne les stages. Je suis heureux de revoir mes petits-enfants. Ma fille, je la vois surtout le week-end car elle travaille, et le soir je la laisse tranquille. Je passe la soirée avec un ami retraité de la SNCF. On regarde la télé ensemble, on dîne, parfois on regarde le foot, même si je ne suis pas fan.

Aujourd’hui, je suis devenu bénévole

Le matin, je m’occupe d’une personne âgée. Je lui fais ses courses, je me promène avec elle et je lui prépare son déjeuner jusqu’à l’arrivée de sa petite-fille.  Je connais la fille de cette dame depuis longtemps. Je suis heureux de l’aider. Maintenant tout va bien. Je n’ai pas beaucoup parlé de ce qui m’est arrivé. Ma fille et mes petits-enfants connaissent l’histoire, bien sûr, mais pas dans les détails. Pour moi c’est du passé. Je suis retourné une fois l’année dernière au Samusocial pour souhaiter la bonne année à tout l’équipe, et les remercier de ce qu’ils avaient fait pour moi."

 


Suivez notre actualité
Recevez tous les mois l'actualité du Samusocial de Paris dans votre boîte mail
Nous agissons, agissez avec nous.
Faire un don
don maraudes
Recevez l'actualité du Samusocial de Paris