Pôle observation sociale

Le pôle « observation sociale » de l’Observatoire est chargé d’analyser les données du 115 de Paris, source unique d’information sur les usagers de services d’hébergement d’urgence, et d’assurer l’observation sociale dans le cadre du SIAO Urgence de Paris.

Données du 115

Avec plus de 1.500 appels décrochés par jour, le 115 de Paris témoigne d’une activité d’hébergement, d’écoute et d’orientation essentielle dans le dispositif parisien de l’hébergement d’urgence. Les données qui sont collectées par les permanenciers, lors des appels, sont une source d’informations et de connaissance unique du public. Ainsi, depuis 1999, à chaque appel au 115, une série d’informations relatives à la demande et aux caractéristiques de la personne concernée par l’appel sont relevées et saisies dans une base de données informatisée.

Au début de chaque année, ces données, une fois anonymisées, sont transmises à l’Observatoire afin d’y subir un premier traitement statistique. Elles sont ensuite intégrées dans les bases qui contiennent l’ensemble des informations depuis 1999.

 

L’organisation des données dans la base du 115 de Paris

 

Lorsqu’une personne contacte le 115 de Paris, l’écoutant social va poser une série de questions à l’appelant. Ces questions ont pour but de vérifier que la demande et la situation de la personne correspondent bien aux missions du 115. Les caractéristiques du demandeur, ainsi que  les motifs de l’appel et la réponse apportée à la demande sont enregistrés dans la base de données du 115 de Paris. Cette base de données, nominative, a fait l’objet d’une autorisation de la CNIL (N°414253).

Les données concernant les caractéristiques des personnes sont saisies dans des « fiches personnes » qui contiennent des informations socio démographiques (nom, prénom, date de naissance, sexe, situation familiale, nationalité, suivi social, revenus…). Ces informations permettent de retrouver le dossier de la personne et d’assurer ainsi un meilleur suivi de sa situation sans avoir besoin de réaliser une nouvelle évaluation de sa situation à chaque appel.

Les informations relatives à l’objet de l’appel sont saisies dans des « fiches d’hébergement » qui contiennent des données sur la date de la demande, sur la catégorie de l’appelant (usager, professionnel, particulier, institution…), sur l’objet de la demande (hébergement, changement d’orientation, demande d’informations…) et sur la réponse apportée. Les fiches concernant l’hébergement des personnes prises en charge par les équipes mobiles d’aide (EMA) sont également consignées dans ce système d’information.

Les fiches personnes et les fiches d’hébergement sont stockées dans différentes tables de données. A chaque personne correspond un numéro d’identification unique qui sert de lien entre les différentes tables. Les usagers du 115 auront donc un enregistrement unique dans la table personne, qui sera relié à autant d’enregistrements que d’appels dans la table des hébergements. Ces informations, classées par date d’appel, permettent ainsi de suivre le parcours des usagers du 115.

La confidentialité des données est garantie d’une part par le système de protection informatique  et d’autre part, par la  seule diffusion de données agrégées.

 

Le traitement par l’Observatoire des données du 115 de Paris

 

L’Observatoire assure, en lien avec les statisticiens du 115, l’analyse et la valorisation des données du 115 de Paris à travers la coordination de l’observation sociale.

L’observation sociale comprend, outre l’analyse des niveaux et des tendances de la prise en charge depuis 1999,une description de l’évolution des profils des personnes usagers du 115 (isolées ou en famille), et l’analyse de l’activité des maraudes du Samusocial de Paris. L’adéquation entre l’offre et la demande d’hébergement peut également être mise en parallèle avec les politiques sociales et l’activité des lieux d’accueil. Enfin, l’ensemble des données disponibles permet de modéliser les prises en charge dans le long terme.

 

Préparer la base de données de l’Observatoire :

Au début de chaque année, les données anonymisées sont transmises par le 115 de Paris à l’Observatoire afin d’y subir un traitement statistique. La première tâche consiste en un apurement des données par le biais d’une recherche de doublons, suivi d’une recodification d’un certain nombre d’informations. Ce travail permet d’améliorer la qualité des informations transmises et d’éviter les doubles comptes (chaque année, environ 5% des fiches personnes sont ainsi repérées comme étant des doublons).

Les informations, une fois apurées, sont ensuite intégrées dans la base de données de l’Observatoire. Deux types de tables sont alors constituées :

- des tables transversales, qui correspondent à chacune des années. Ces tables sont organisées soit par usager (elles contiennent des informations agrégées sur le nombre et le type d’hébergement  - centre d’hébergement, lit halte soin santé ou hôtel - dont chaque usager aura bénéficié), soit par date (permettant d’observer l’évolution du nombre d’hébergement attribués chaque jour),

- des tables longitudinales, qui reprennent, pour chaque usager, l’ensemble de ses hébergements, agrégés par année civile, depuis le premier appel au 115.

 

Analyser les données :

La base de données contient des informations sur tous les appels et leurs débouchés depuis 1999. Ces données font l‘objet de différents traitements et analyses. Chaque année, l’Observatoire se charge de produire des analyses sur les données du 115 de Paris, qui seront notamment intégrées dans le rapport d’activité du Samusocial de Paris, et à destination de la MIPES pour son édition annuelle du « Recueil statistique relatif à la pauvreté et à la précarité en Ile-de-France ». Les données sont également analysées à l’occasion de la production du bilan de l’activité hivernale (période allant du 1er novembre au 31 mars) ou d’études spécifiques sur certains types de publics, demandées par des équipes du Samusocial, par des partenaires extérieurs ou par les tutelles.

Par ailleurs, ces données sont analysées dans le cadre d’études/recherches ponctuelles mises en œuvre par l’Observatoire (sur les signalements, sur le plan d’urgence hivernale, sur l’évolution des profils de personnes contactant le 115, sur les trajectoires d’hébergement, etc.).

SIAO urgence de Paris


L'observation sociale pour le SIAO Urgence de Paris
 

L’objectif premier du SIAO consiste à améliorer le service rendu en fluidifiant le parcours des usagers. Pour cela le principe de la régulation de l’ensemble des places d’hébergement, par un seul organisme, est nécessaire. Cette régulation permettra la traçabilité des parcours et la connaissance des besoins.

Jusqu’ici, l’observation des parcours n’était possible qu’au sein même des différents dispositifs et l’observation était donc partielle (à titre d’exemple, le 115 de Paris régule environ 40% des places et une absence d’hébergement par le 115 ne signifie pas forcément que la personne est restée à la rue). L’observation de l’ensemble du parc d’hébergement, à travers les données du SIAO, limitera ainsi les biais liés à une observation tronquée.

A terme, cette observation pourra se faire en lien avec le SIAO Insertion, pour la continuité du parcours, mais également de manière interdépartementale.

Dans le cadre du SIAO, l’observation sociale permettra d’ajuster le dispositif aux besoins du public y recourant. L’Observatoire du Samusocial contribuera à organiser les conditions institutionnelles et techniques d’une veille sociale parisienne (en centralisant grâce au SIAO Urgence de Paris les données d’activité des opérateurs de l’urgence de la capitale -115 de Paris, maraudes et accueils de jour-, en analysant les parcours des usagers faisant appel aux dispositifs d’urgence sociale et en étudiant les profils sociodémographiques des personnes à la rue).


Les personnes sans-abri ont plus que jamais besoin de nous
J'agis, je donne
Les personnes sans-abri ont plus que jamais besoin de nous
Recevez l'actualité du Samusocial de Paris