Soutien : ARS Ile-de-France

On estime que 15% des personnes évacuées des campements en Ile-de-France ont pu bénéficier du bilan d’orientation infirmier. Dans les centres visités, environ la moitié des personnes visées n’a pas souhaité rencontrer les infirmier.e.s ou n’étaient pas présentes lors de leurs visites. Les limites budgétaires n’ont pas non plus permis d’élargir le dispositif pour qu’il soit opérant dans chaque centre et qu'il puisse toucher également une population qui jusqu’à maintenant n’a pas été couverte, celle des centres ou hôtels accueillant des femmes et des enfants.

Nous nous sommes intéressées plus particulièrement à la population arrivée en France depuis moins de 18 mois, c'est-à-dire issue de la récente vague migratoire. Ces personnes constituaient la cible initiale du dispositif, lié aux évacuations des campement parisiens. Les parcours des personnes ayant effectivement participé aux bilans sont plus hétérogènes (plus de 20% des bilans réalisés ont été faits pour des personnes n’étant pas passées par un campement, et 10% pour des personnes arrivées en France depuis plus de 18 mois, qu’elles soient ou non passées par un campement).

 

/sites/default/files/2018-10/obsssp_migrants_rapport_30_aout_2016.pdf
Nous agissons, agissez avec nous.
Faire un don
don maraudes
Recevez l'actualité du Samusocial de Paris