Filtrer par :

Un nouveau centre d’hébergement d’urgence dédié aux familles ouvre ses portes

21 Oct 2020 • Actualité

Depuis juillet dernier, notre tout nouveau centre d’hébergement d’urgence, baptisé « Olympe », accueille 29 familles monoparentales dans des appartements meublés, répartis sur 6 étages. Il constitue la dernière étape avant d’accéder à un logement.

 

CHU Olympe

 

« La plupart des familles arrivent ici après des mois passés à la rue, dans des centres ou en chambre d’hôtel. Elles sont épuisées, constate Adeline Samuel, responsable du CHU Olympe. Ici, mères et enfants bénéficient de plus de 1 000 m2 refaits à neuf, où une équipe se relaie pour assurer une présence sur le site 24h sur 24. Elles peuvent poser leurs valises et souffler ».

Faciliter la vie quotidienne des familles

Au centre, trois travailleurs sociaux aident les mères dans les tâches de la vie quotidienne et facilitent leur intégration dans le quartier. Ils les soutiennent aussi dans leur rôle de parent, en restant notamment vigilants sur le repérage précoce de difficultés scolaires chez les enfants. Chaque famille a son référent : il lui rend régulièrement visite à domicile pour recenser ses besoins, mais prend aussi en compte les avancées effectuées avant de faire le lien avec la coordinatrice sociale. Cette dernière s’occupe des prises en charge et accompagne les familles vers le relogement définitif. Un agent de nuit est également présent dans le centre 24h/24h.

Réparer les blessures invisibles

La majorité des femmes accueillies ont connu des violences conjugales et certaines bénéficient d’une protection judiciaire. « Ce lieu doit être une porte de sortie pour des mères ayant besoin de protection, mais aussi pour leurs enfants, parfois témoins des violences endurées », raconte Adeline Samuel. Réapprendre à communiquer avec des mots, laisser le temps de vivre son enfance, réparer le lien mère/enfant qui parfois, s’est rompu : autant d’objectifs à atteindre avant de prendre son envol.

« Un appartement rien que pour nous »

Depuis leur arrivée en France en 2018, Kahina et ses 4 enfants* ont été hébergés quelque temps chez des amis avant de se retrouver à la rue. Après des mois de galère, la famille a enfin trouvé refuge au CHU Olympe, dans un appartement meublé. Kahina témoigne.

Kahina et ses 4 enfants

 

« Je faisais quelques heures de ménage et de garde d’enfants mais sans papiers, je n’ai pas pu trouver de logement. J’ai alors appelé le 115 qui m’a orienté vers une chambre d’hôtel à Gonesse pendant deux mois. Mes enfants scolarisés à Paris et les transports étant en grève l’hiver dernier, il fallait se lever à 5h tous les matins. Une personne nous a ensuite prêté son garage à Ivry pendant trois mois, le temps du confinement. Ce n’était pas le grand luxe puisqu’on avait qu’un sanitaire, mais au moins, mes enfants ne risquaient pas d’attraper le coronavirus. Puis on a passé plusieurs nuits dehors, à la gare, dans des trains ou des églises. On n’était pas en sécurité… Certains hommes nous embêtaient et menaçaient de s’en prendre à mon aînée, âgée de 15 ans. Puis on nous a appelés en juillet dernier pour nous annoncer la bonne nouvelle : on avait un appartement rien que pour nous au CHU Olympe !
Ici, on nous aide vraiment, on cherche à comprendre notre histoire. Mes enfants ont pleuré quand ils ont visité leur chambre. Grâce au Samusocial de Paris, ils ont pu partir en colo cet été avec l’UCPA. C’est une année importante pour eux : Nina entre au lycée, Axel passe le brevet, Ryma a sauté une classe et Adel a réussi un test pour apprendre le chinois en CE2. Quand je le vois faire ses devoirs par terre, j’ai un pincement au cœur ; ces épreuves ont laissé des traces. Depuis notre arrivée en France, mes enfants ont changé plusieurs fois d’école et c’est très déstabilisant. Leur réussite me donne de l’énergie pour avancer ».

*Certains prénoms ont été modifiés.

 


Suivez notre actualité
Recevez tous les mois l'actualité du Samusocial de Paris dans votre boîte mail
Covid-19 : agissez avec nous pour les personnes sans-abri
En savoir plus
don couvre-feu sdf
Recevez l'actualité du Samusocial de Paris