Les ados de l’hôtel Olympe ont fait leur cinéma

Il est 10 heures, à Saint-Denis. Cinq gendarmettes sortent du commissariat lorsqu’elles aperçoivent dans le ciel un nuage de fumée. Serait-ce le gang des gourdes qui a encore frappé ? Voilà quelques temps que le pays subit une canicule, ce qui a engendré une pénurie d’eau. Une bande de malfrats baptisée « le gang des gourdes » subtilise toute l’eau qu’elle trouve sur son chemin et sème le chaos dans la ville. Au même moment, trois chimistes extraterrestres débarquent sur Terre. Suite à une expérience ratée sur leur planète entraînant ces pics de chaleur terrestres, ils viennent chercher l’or bleu tant convoité…

ciné


Faits réels vs science-fiction


« Allez, on se maquille, on met son costume et on tourne ! », lance Félicien Forest. Denisa, Simona, Nicolina, Alexandra et Fata s’exécutent. Elles incarnent les gendarmettes d’un court-métrage réalisé collectivement. Au total, une vingtaine d’adolescents âgés de 12 à 18 ans, tous hébergés à l’hôtel social Olympe 3, participent à cet atelier ludique. Ensemble, ils ont écrit un scénario et tournent à présent le fruit de leur imagination. Aux manettes de cette activité créative, Félicien réalise, aidé d’Antoine et Axel, deux chefs opérateurs, Xia, son assistante, et Guillaume, le régisseur son. « Fara, ne suce pas ton pouce, Denisa, ferme bien ta veste. Faites semblant de sortir du commissariat et là, pensez toutes à regarder le ciel dans la même direction. Action ! ». En aparté, le réalisateur commente : « Certains enfants m’ont proposé des histoires très concrètes, d’autres, de la science-fiction pure. On a mélangé le tout, et le résultat fonctionne bien! ». Après deux jours d’écriture, trois jours de tournage et quatre jours de montage, le film est enfin prêt à être diffusé au Forum des images le 12 juillet.

A l’origine de cet atelier, le Samusocial de Paris, dans le cadre de sa mission Mieux Vivre à l’Hôtel, a tissé un partenariat avec le Forum des images. En jeu, inciter les jeunes hébergés dans les hôtels sociaux à suivre une formation gratuite aux métiers de la création numérique, nommée TUMO. Les adolescents ayant participé au court-métrage ont donc assisté à une séance de sensibilisation avant de pouvoir s’inscrire, s’ils le souhaitent, à TUMO en septembre.

maquillage

 

Nous agissons, agissez avec nous.
Faire un don
don maraudes
Recevez l'actualité du Samusocial de Paris