COVID-19 Retour sur 8 semaines de crise

La situation exceptionnelle de confinement qu'a connu notre pays a évidemment été vécue très difficilement par les personnes sans-abri. Découvrez comment nos équipes se sont adaptées pour continuer à les aider au mieux.

Édito

A l’heure du déconfinement, il nous semble important de revenir sur ce qu’ont représenté pour le Samusocial de Paris les 8 semaines de crise sanitaire. Au total, environ 80 personnes hébergées ont été contaminées, et 4 décès sont à déplorer. Sans la vigilance de tous les instants de la communauté soignante et de l’ensemble des professionnels qui ont fait preuve d’un courage remarquable, le bilan aurait pu être bien plus lourd.

Trois de nos structures ont principalement dû faire face à des cas groupés, révélant l’extrême difficulté de contenir le risque épidémique dans les structures à caractère collectif. Et pour tous, il s'est agi durant cette période de continuer à apporter l'aide nécessaire aux personnes les plus vulnérables, et développer des actions exceptionnelles pour répondre aux nouveaux besoins, notamment alimentaires.

Toutes ces actions n’auraient bien évidemment pas été possibles sans l’étroit partenariat avec la Ville de Paris, la DRIHL, l’ARS, les SIAO d’Île-de-France, nos partenaires associatifs ainsi que nos donateurs particuliers et mécènes. Cette expérience nous aura montré la capacité des uns et des autres à se mobilier, dans l’urgence, et à expérimenter des modes de collaboration pour agir collectivement auprès des personnes à la rue.

 

Alain Christnacht - Président du Samusocial de Paris
Christine Laconde - Directrice Générale

Témoignages

MB : "Le plus difficile est de se trouver coincé dans un endroit qui n'est pas le nôtre et de ne plus pouvoir faire avancer notre situation".

témoignage sdf covid

 

M.C : "Je vais me laver aux bains-douches en temps normal mais là, c'est compliqué. Heureusement j'arrive à me nourrir grâce aux paniers-repas et à me tenir au chaud avec ces habits."

témoignage sdf covid

 

8 mars, la menace du COVID-19 devient concrète

Alors que pour beaucoup de Français, le virus n’est encore qu’une menace potentielle, un premier cas est détecté au LHSS Plaisance.

D’astreinte le samedi 7 mars, le Dr Maria Vargas Gomez, médecin référent dans un de nos LHSS (Lits Haltes Soins Santé), est appelée au sujet d’un résident ayant de la fièvre et des douleurs au dos. Elle décide de l’envoyer aux urgences de l’hôpital Saint-Joseph pour une pyélonéphrite. Le lendemain, sa collègue, le Dr Claire Rouzaud, infectiologue à l’hôpital Necker, est par chance en vacation au LHSS. Deux autres personnes ont de la fièvre, et sont transférées à l’hôpital. Les résultats tombent le dimanche soir : le résident hospitalisé la veille est testé positif au COVID-19. L’équipe isole les cas contaminés. Tout s’enchaîne alors très vite. D’autres personnes hébergées dans la structure contractent le virus à leur tour. Certaines nécessitent une hospitalisation mais les équipes ont du mal à joindre le 15. Épaulées par une infirmière hygiéniste de l’ARS et un médecin de l’hôpital Bichat, les responsables des deux structures aident le personnel à isoler les résidents par étage selon s’ils sont contaminés, cas contact ou personnes saines. La première semaine est difficile à vivre pour les équipes. Elles seront ensuite renforcées en personnel infirmier, mais également soutenues quotidiennement par deux personnes du service des Ressources humaines. 

Au 29 avril, le LHSS enregistrait 29 cas de contamination dont 10 parmi les équipes, ainsi que 2 décès.

Face à la crise, un seul mot d'ordre : mobiliser nos équipes et s'organiser

Afin d’assurer non seulement l’ensemble de ses missions habituelles mais également de répondre aux nouveaux besoins qui ont surgi avec le confinement, nos équipes ont opéré une mue rapide, en suivant 4 objectifs principaux. Cliquez sur chacun des liens ci-dessous pour découvrir les détails de cette réorganisation exceptionnelle.

1) Préparer les structures à affronter l'épidémie

2) Répondre à l'urgence alimentaire engendrée par le confinement

3) Maintenir le lien social avec les personnes sans-abri

4) Déployer une nouvelle offre d'hébergement et y orienter les personnes sans-abri
 

Nous tenons à remercier chaleureusement tous les donateurs particuliers et mécènes qui ont répondu à nos appels à dons tout au long de cette crise sanitaire. Leur contribution a été indispensable pour permettre cette continuité dans nos actions.

 

DON SDF COVID

 


Agissez avec nous
action sdf maraude
Recevez l'actualité du Samusocial de Paris